Étiquette : numrx

Explorez, Echangez, Manipulez… Découvrez le programme des journées du LISC 2017

Le numérique transforme votre environnement de travail et vous ouvre de nouvelles perspectives en termes de diagnostic, relations avec les patients, échanges avec vos partenaires. NUM RX place l’année 2017 sous le signe du plaisir numérique : maitriser pleinement le potentiel offert par les nouveaux outils pour faciliter l’exercice de votre métier.

Un ensemble de modules vous sont proposés sous l’égide du Docteur Nicolas Boutin : Vous explorez le champs des possibles à la lumière des conseils de Praticiens référents renommés, vous échangez avec des confrères, vous prenez en main les outils numériques, vous testez…

Pour en savoir plus, contactez le 01.30.28.86.63 ou contact@numrx.com

programme-1programme-2programme-3programme-4programme-5

Publicités
VIDEO      « Le praticien évolue en même temps que les technologies évoluent »

VIDEO « Le praticien évolue en même temps que les technologies évoluent »

Évolution dentaire est allé à la rencontre du docteur Hervé Rion pour savoir ce qu’il pensait de la caméra d’empreinte optique,

En collaboration avec NUMRX distributeur agréé en radiologie et numérique.

« C’est comme dans toutes les nouvelles technologies en dentisterie, il faut oser »

« Le système donne vraiment des résultats très précis. C’est vraiment un plaisir de travailler avec ces technologies là »

« Le logiciel corrige par lui même un certain nombre d’erreur, je n’ai jamais eu de retouches à faire sur la prothèse qui m’a été retournée. »

Pour plus d’informations sur la caméra d’empreinte, n’hésitez pas à contacter des experts qui sauront vous accompagner dans votre installation.

L’ADF, ce que Evolutions Dentaires vous recommande

Evolutions Dentaires a analysé le programme de l’ADF et en a tiré quelques conférences qui peuvent intéresser les curieux du numérique.

Mardi 25 Novembre

A1 CONFÉRENCE (Français – Anglais)  9 h 00 – 11 h 30

LES NOUVELLES TECHNOLOGIES EN MÉDECINE ET CHIRURGIE BUCCALES

Objectif

  • Découvrir des technologies innovantes pour de nouvelles interventions chirurgicales.

L’irruption en chirurgie orale des nouvelles technologies aura l’impact qu’a eu le téléphone portable sur la société avec l’arrivée d’applications insoupçonnées jusqu’à ces dernières années. Il y a des signes qui ne trompent pas. Les technologies du flux numérique ont suscité un intérêt croissant chez les visiteurs et les exposants de l’IDS : 2 à 3 % de la surface « exposants » étaient occupés par ces systèmes en 1995, 9 à 10 % en 2005, pour atteindre 40 % cette année. Imaginez que la caméra numérique et le CBCT deviennent les éléments centraux de votre exercice en odontologie chirurgicale, offrant un éventail d’approches technologiques et d’indications cliniques sans cesse plus large, allant toujours dans le sens naturel de l’évolution de cette discipline : invasivité moindre et prédictibilité accrue. C’est tout l’objet de cette conférence que de présenter certaines de ces technologies sans aucune forme d’exhaustivité.

A19 CONFÉRENCE  15 h 30 – 18 h 00

LES INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES, COMMENT LES CHOISIR ET COMMENT LES INTÉGRER ?

Objectif

  • Intégrer les nouveaux équipements (empreintes optiques, laser, Cone Beam…) dans une activité d’omnipratique.

Les connaissances issues de la recherche sur les nouveaux matériaux, instruments et machines impactent considérablement nos méthodes de travail. La médecine dentaire progresse. De nombreux domaines de notre pratique sont touchés par l’innovation.

  • L’imagerie radiologique : le Cone Beam (CBCT), dernier fleuron de cette ingénierie d’imagerie médicale, s’impose dans toutes les disciplines.
  • L’empreinte optique en prothèse fixée : les caméras intrabuccales d’acquisition numérique remplacent progressivement les pâtes à empreinte traditionnelles.
  • Les lasers : ils permettent de réaliser rapidement de nombreux traitements de manière précise, efficace et peu invasive.
  • La question n’est plus de savoir si on va passer aux technologies « high-tech », mais plutôt à quel moment !

Cette conférence vise à faciliter votre prise de décision et à répondre à un certain nombre de questions, telles que :

  • Pourquoi s’y intéresser ?
  • Comment intégrer ces nouveaux outils dans nos espaces de travail ?
  • Est-ce possible économiquement ?

 

Mercredi 26 novembre

 

B37 ATELIER DE TRAVAUX PRATIQUES 9 h 00 – 16 h 00

CAO ET CFAO (CONCEPTION ET FABRICATION ASSISTÉES PAR ORDINATEUR) : L’AVENIR N’EST PLUS REMIS EN CAUSE

  Objectifs

  • Comprendre les grands principes de CFAO.
  • S’initier à leur utilisation par des exemples concrets.

Depuis près d’un demi-siècle, les avancées technologiques ont permis l’essor de la conception et fabrication assistées par ordinateur (CFAO). En odontologie, la mise en place d’une chaîne numérique dès le fauteuil semble désormais inéluctable.

Les empreintes numériques permettent de s’affranchir des imprécisions des techniques conventionnelles et d’obtenir des résultats fiables et reproductibles. L’utilisation en implantologie apparaît également comme un développement intéressant du système. Pour les systèmes chairside, via les logiciels de FAO, les machines-outils permettent un usinage des éléments prothétiques dans la séance.

L’objectif de ces travaux pratiques est de présenter, dans un premier temps, de manière concise et synthétique, les grands principes de CFAO et de la chaîne numérique dans son ensemble (préparations, biomatériaux usinables, technologies numériques). Ensuite, par atelier, il sera proposé aux participants d’utiliser les techniques de CFAO directe et indirecte par des exemples cliniques concrets réalisés avec différents systèmes parmi les plus récents.

Les praticiens pourront réaliser l’ensemble des étapes de la chaîne numérique : prise d’empreinte optique de dents préparées selon les principes de CFAO (modèles pédagogiques fournis avec dents déjà préparées), visualisation et optimisation du modèle numérique, conception de l’élément prothétique et son usinage.

Jeudi 27 novembre

 

C59 CONFÉRENCE 9 h 00 – 11 h 30

LE NUMÉRIQUE POUR ALIGNEURS, DÉSINCLUSIONS ET CORTICOTOMIES

 Objectif

  • Découvrir l’apport considérable du numérique en orthodontie.

Cette série de trois conférences montre l’apport considérable du numérique pour les traitements orthodontiques par aligneurs, en chirurgie buccale pour les désinclusions et pour la mise en œuvre de l’orthodontie rapide par corticotomies.

Le numérique pour l’orthodontie par Clear Aligner consiste en la réalisation d’empreintes numériques, puis du set up numérique et des techniques de laboratoire par CFAO ou imprimante 3D qui permettent la confection des séries de gouttières. Le numérique pour la chirurgie buccale (Cone Beam et logiciels de reconstruction) donne désormais la possibilité au chirurgien de pratiquer une désinclusion canine ou molaire par une technique peu invasive et avec une grande précision. Le numérique aide ensuite l’orthodontiste à l’établissement de la direction de traction orthodontique. Enfin, l’apport du Cone Beam pour l’orthodontie rapide par corticotomies sera abordé, montrant que ces techniques associées sont un progrèsimmense dans le traitement de l’adulte. Le numérique rendant encore plus précis et moins invasif ce geste chirurgical.

CONFÉRENCE  15 h 30 – 18 h 00

TRUCS ET ASTUCES EN PROTHÈSE FIXÉE : RENDRE SIMPLE UNE SITUATION COMPLIQUÉE

Objectifs

  • Découvrir les critères décisionnels favorisant une simplification de la prothèse fixée sans perdre en qualité.
  • Connaître les étapes clés ou gestes capables d’augmenter la longévité des prothèses fixées (sur dents naturelles et implants).

Une séance « trucs et astuces » doit être dynamique et pratique. Elle sera construite sur des interventions de dix à quinze minutes où le conférencier abordera une problématique que rencontrent les praticiens lors de la réalisation de prothèse fixée sur dents naturelles ou implants.

De l’analyse des paramètres de la difficulté, de la thérapeutique à la mise en place de l’élément prothétique.

Par exemple, nous aborderons :

  • le problème du collage intracanalaire : peut-on le simplifier ?
  • le problème de l’enregistrement du profil d’émergence en prothèse fixée sur dents naturelles ou sur implants ;
  • les critères de choix du type de céramique selon le type de prothèse ;
  • comment enregistrer plusieurs préparations, quelles techniques, comment fiabiliser ses empreintes ?
  • quel mode de jonction choisir pour sceller la prothèse, comment l’utiliser ?
  • les techniques d’accès aux limites intra-sulculaires pour des empreintes conventionnelles et pour des empreintes numériques. Et bien d’autres problèmes rencontrés au quotidien, que les trois conférenciers ont su solutionner dans leur exercice clinique par leur expertise. Chaque intervention répondra de façon très pratique aux préoccupations cliniques des praticiens. Pour cela, à la fin de chaque intervention des questions cliniques en rapport avec un exercice quotidien seront posées.

Samedi 29 novembre

E122 CONFÉRENCE  9 h 00 – 11 h 30

DEUX DUOS D’EXPÉRIENCE PRATICIEN-PROTHÉSISTE POUR UNE COMMUNICATION CIBLÉE ET EFFICIENTE

 Objectifs

  • Comprendre et connaître les contraintes du laboratoire pour rendre efficiente la collecte d’informations.
  • Savoir s’y retrouver parmi les multiples dispositifs commercialisés pour faire les bons investissements.

La relation praticien-prothésiste est depuis toujours au coeur de la pratique dentaire. Cependant, les contraintes économiques l’ont fait évoluer. Le premier bouleversement de cette relation a été l’externalisation du prothésiste hors de la structure de soins. Les faisceaux de communication déployés entre ces deux intervenants maintenant séparés géographiquement de dizaines, voire de centaines de kilomètres, n’ont depuis cessé d’évoluer, de se moderniser et de se complexifier. Depuis longtemps la simple feuille de laboratoire est apparue insuffisante à la transmission des données, et inadapté à la discussion autour des contraintes et des besoins cliniques spécifiques. De lui-même, le couple praticien-prothésiste a établi de nouveaux modes de communication (téléphone, e-mail, photo, vidéo, etc.).  Néanmoins, ils ne sont pas les seuls à s’être adaptés à la nécessité d’efficience de la communication à distance praticien-prothésiste. Les fournisseurs développent de nombreux outils visant à faciliter et à uniformiser ces échanges. Ainsi, de nouveaux dispositifs de prise de teinte dentaire ou d’enregistrement des repères faciaux sont désormais là pour pallier les limites techniques et la subjectivité du praticien-prothésiste dans le recueil et l’exploitation des données. Il reste aujourd’hui difficile, parmi toutes les nouveautés et sirènes numériques existantes, de trouver les faisceaux, les moyens et méthodes de communication praticien-prothésiste idéaux et adaptés à nos challenges prothétiques quotidiennement différents. Pour tenter de s’y retrouver, deux couples de praticien-prothésiste échangeront, lors de cette séance en duettistes, autour de deux problématiques cliniques : « Caractérisation de la dent » et « Axe et harmonie dentaire dans le visage ». L’objectif de ces échanges autour de ces deux thématiques distinctes est d’identifier les points d’écueil qu’elles présentent dans la communication praticien-prothésiste. La compréhension des besoins et contraintes de chacune des parties est indispensable pour instaurer des moyens et méthodes de communication formalisés et optimisés, assurant simplement et efficacement la prise en charge du patient par le couple praticien-prothésiste.

Où se trouvent les stands du numérique ;

ADF

NIVEAU 3 : à ce niveau sont regroupés les exposants spécialisés en radiologie, radiographie numérique ainsi qu’en informatique et implantologie.

Exposition : stands 3L et 3M

  • Radiologie
  • Radiographie numérique
  • Implantologie
  • Informatique
  • CFAO

Téléchargez la brochure ici

Et vous, quelles sont les questions que vous vous posez ?

M’équiper pour entrer dans la chaine numérique ?

M’équiper pour entrer dans la chaine numérique ?

Qu’est ce que cette chaîne numérique ?

Rappelons que la chaîne numérique est la production d’un fichier qui peut être lu et communiqué entre le Praticien et le prothésiste par le seul biais d’internet. Ce fichier peut être généré par le Praticien lui même lorsqu’il est doté d’une caméra d’empreinte optique. Il peut aussi être généré par le prothésiste si celui-ci possède un scanner numérique qui numérise le moulage traditionnel et créer une image 3D.

protheses-dentaires numérique

  • En tant que prothésiste, pourquoi et comment m’équiper pour entrer dans cette chaîne numérique?

Le passage au numérique est inhérent à l’activité dentaire. Mais il est nécessaire de se demander quand s’équiper.

S’équiper en numérique offre de nombreux avantages;

  • Plus besoin de renvoyer une empreinte « mal prise »/non exploitable, l’empreinte se faisant numériquement, le praticien voit en temps réel si son empreinte est exploitable ou non.
  • Plus de pâte dont la qualité n’est pas suffisante pour créer un moule, la qualité de l’empreinte se calcule au micron. Il n’y a plus de marge d’erreur possible due à une déformation.
  • Il existe un gain de temps non négligeable, le dentiste ne passe plus par un transporteur pour faire acheminer l’empreinte mais envoie le fichier sur internet. La réception de l’empreinte ne prend plus deux jours mais quelques secondes.

En plus du gain de temps et de qualité offerts par le passage au numérique, ce changement peut m’offrir des opportunités de gagner de nouveaux clients souhaitant travailler avec un prothésiste capable d’exploiter les fichiers numériques. Beaucoup de Praticiens changent de prothésistes car ils ne peuvent pas exploiter leur fichiers numériques.

Travailler à la fois sur empreinte traditionnelle et sur empreinte numérique ouvre la possibilité de travailler avec une catégorie plus large de Praticiens.

Le prothésiste peut ainsi drainer des clients travaillant déjà en CAD-CAM ou souhaitant s’équiper et augmenter son potentiel client en se rendant plus attractif et en se différenciant de ses concurrents.

Voici les questions que je dois me poser :

  • Mon laboratoire est-il en compétition avec de nombreux autres laboratoires ?
  • Dois-je par conséquent me montrer plus compétitif que les autres ?
  • Ai-je parmi mes clients des dentistes qui travaillent avec la caméra optique ?
  • Suis-je le seul laboratoire dans la région à m’équiper ?
  • Quelles sont les modalités pour m’équiper en chaîne de travail numérique ?
  • Quels sont les équipements et/ou logiciels les plus efficaces pour travailler et communiquer avec mes clients – Praticiens ?

Il est important pour s’équiper de prendre en compte la diversité des environnements informatiques de chaque Praticien.

  • Comment concilier une bonne maîtrise budgétaire avec la prise en compte des spécificités de chacun ?

prothèse numérique dentaire

 

Il est important de s’équiper en fonction de son activité mais de garder en tête que ces innovations technologiques sont une opportunité de repenser le schéma traditionnel d’exécution. Ces technologies permettent aux prothésistes de progresser dans leur métier pour produire des prothèses plus qualitatives de manières plus rapides en s’entourant de nouveaux acteurs.

Reste à trouver la solution la plus adaptée à son laboratoire et en accord avec des clients de plus en plus informés et intéressés par la question.

 

Ai-je besoin d’une caméra d’empreinte optique… ?

Chaque Praticien (ou presque) se demande s’il est intéressant ou non d’acquérir une nouveauté technologique lorsqu’elle arrive sur le marché…

Faire l’étude préalable d’une telle acquisition est parfois difficile sans avoir l’avis de quelqu’un qui maîtrise cette technologie…

Résultat CAD CAM empreinte optique

Par exemple, le Praticien peut se demander s’il a besoin d’une caméra de prise d’empreinte s’il juge ne pas poser suffisamment de prothèses en Cabinet ?

Mais prenons la question sous un autre angle, car dans ce cas-ci ce n’est pas la quantité qui importe mais la qualité des empreintes.

En effet, il lui faudra regarder le « taux de retour » par son prothésiste, c’est à dire « le nombre de rejets » par le prothésiste des empreintes fournies. Si le prothésiste renvoie les empreintes car celles-ci ne sont pas exploitables, cela implique de rappeler le patient afin de refaire l’empreinte. Ce qui arrive parfois…. Malheureusement, il n’est pas toujours possible pour le Praticien de se rendre compte sur le moment que l’empreinte n’est pas exploitable.

En général, avec l’empreinte traditionnelle, l’erreur apparaît au démoulage ou après l’envoi au prothésiste alors que l’empreinte optique permet de déceler les erreurs immédiatement et de réitérer la prise sans avoir à re-convoquer le patient.

C’est une erreur fréquente, notamment lorsque le niveau d’occlusion est trop élevé.  La caméra de prise d’empreinte optique permet de vérifier et de contrôler le niveau d’occlusion pendant la prise d’empreinte.

Ainsi ce n’est pas une simple réponse économique que nous devons donner mais une réponse également qualitative du résultat.

Après cette question  en viennent d’autres …

Quel modèle de caméra d’empreinte  choisir ?   Quels sont les avantages et les limites de chaque modèle ? ….

N’hésitez pas à solliciter un test en Cabinet ; vous apprécierez la maniabilité, la qualité du rendu ainsi que les modalités simplifiées de travail.

 

les formations en ligne : l’exemple de NUMRX

Le mois dernier, je vous parlais de l’importance de la formation continue. Elle offre de nouvelles connaissances et permet à chacun d’évoluer en compétence.

Je vous présente cette semaine une première vidéo du « FLASH TRAINING NUMRX » consacré au maquillage de la prothèse dentaire.

Cette vidéo s’adresse autant aux Praticiens qu’à leurs Assistantes soucieux d’adapter et de personnaliser les prothèses selon l’esthétique…

Les retouches sont simples, instantanées et abouties…

Les sauvegardes – Pourquoi ? Comment ?

A qui n’est-il jamais arrivé de perdre un document, une photo, un fichier, un nom… indispensable à notre activité ?

 

Ce sont dans ces moments de détresse que nous nous rendons compte de l’importance de la sauvegarde… Mais en étant prévoyant, nous éviterons bien du souci …

Il est extrêmement important de prendre des précautions et de sauvegarder ses données régulièrement. Une fausse manipulation, une coupure de courant, une panne informatique ou encore un virus informatique peuvent être à l’origine de cette perte, et personne n’est à l’abri de ces dangers.

Quand effectuer mes sauvegardes ?

  • Sur une base journalière si l’utilisateur travaille sur plusieurs fichiers par jour ou si les modifications faites chaque jour sur un fichier sont importantes (sur les fichiers clients notamment)
  • Une fois par semaine si l’activité n’entraine pas modifications indispensable à la pérennité de l’activité.
  • Il est cependant important de s’imposer une certaine constance dans la sauvegarde des données.

 

Comment sauvegarder ses données?

Il existe plusieurs types de supports de sauvegardes; les supports « en ligne » ou les supports « hors-ligne ».

Les supports « en ligne » tels que le Cloud, dropbox, Skydrive, Google Drive… qui stockent vos données sur un serveur externe et qui nécessitent une connexion internet. Ces supports offrent l’avantage d’être accessibles depuis n’importe quel ordinateur, tablette ou smartphone avec seulement une adresse e-mail et un mot de passe. Ils nécessitent cependant une connexion internet et en cas de problème de wifi ne permettent plus l’accès aux sauvegardes.

De plus, il existe des supports « en ligne » agréés santé pour protéger vos données médicales à caractère personnel. Cet agrément signifie que « l’hébergeur est chargé d’assurer la confidentialité, la sécurité, l’intégrité et la disponibilité des données de santé qui lui sont confiées par un professionnel de santé, un établissement de santé ou directement par la personne concernée par les données. »

Les supports « hors ligne »; les disques durs externes, les CDs… qui ne nécessitent pas de connexion internet. Ils sont accessibles en majorité sur ordinateurs et offrent de grandes capacités de sauvegarde (habituellement entre 500 Go et 1 To). Ils ne nécessitent pas de connexion internet mais de les avoir sur soi pour les utiliser sur des ordinateurs différents. Ils sont cependant susceptibles d’abriter des virus et les fichiers peuvent ainsi aussi être endommagés.

disque dur externe sauvegarde

Autre avantage de dropbox ou de Google drive: le transfert de fichiers.

L’autre avantage des sauvegardes en ligne est l’accès aux fichiers autorisés par d’autres utilisateurs;

En cabinet par exemple, les modifications effectuées par le praticien mais aussi par l’assistante seront sauvegardées.

S’il était nécessaire d’envoyer un fichier lourd (plus de 25Mo – maximum autorisé par mail) il est possible de le stocker sur Dropbox ou Google Drive et d’envoyer le lien par mail au destinataire du fichier qui pourra ainsi le visualiser ou le télécharger.

Ainsi si le praticien a besoin de demander son avis à un collègue mais que le fichier qu’il souhaite lui envoyer est trop lourd, il peut lui transférer par ce biais.

Il est important de se protéger mais parfois difficile de saisir les spécificités de chacun des modes de sauvegarde, c’est pourquoi il est important de poser la question à des professionnels de l’informatique qui sauront vous conseiller efficacement.

La caméra optique NUMRX carestream au banc d’essai

CS3500 caméra optique NUMRXLa caméra d’empreinte optique est éprouvée et les avis plutôt unanimes; nous avons testé la CS3500 par NUMRX. Nos utilisateurs en parlent.

« Une caméra ergonomique très pratique à utiliser »

« Grâce à l’accompagnement des experts l’apprentissage a été d’autant plus simple pour une prise en main rapide »

« La CS3500 offre un rendu d’image répondant largement aux attentes et permettant un diagnostic précis »

« Pourquoi avoir peur de la nouveauté quand elle nous offre une qualité de travail telle que celle offerte par la CS3500 »

« parfaite conformité de production, gain de temps, satisfaction totale… »

Le E-learning pourquoi pas?

Le e-learning, ou formation à distance est une « technique » de plus en plus utilisée. Elle permet de se former par soi même sur un thème, à l’aide de matériel et de contenu mis à disposition par ses auteurs sur le Web.

Elle permet à ses adeptes d’améliorer leurs compétences sans nécessairement suivre de cours à l’université.

De la connaissance personnelle au cursus universitaire

Le E-learning, ce sont des formations complètes à distance qui peuvent offrir des diplômes à la clé. Elles sont proposées par des universités qui offrent aux « étudiants » de suivre un programme adapté qui leur délivrera un titre ; nous retrouvons souvent celui de « master online » par exemple.

Mais c’est surtout un adage de connaissances personnelles et une accumulation de recherches qui permettent de parfaire ses compétences. La formation continue est primordiale pour que le praticien puisse lever ses craintes et ses doutes sur son activité mais aussi améliorer ses conditions de travail.

Dans un accès à l’information toujours plus simplifié, libre, issu du partage et de la communauté, il est possible de parfaire son art et de s’améliorer sans cesse. Les forums ou les réseaux sociaux permettent de poser des questions pour que des experts répondent.

e-learning numrx formation et apprentissage

 

 

 

 

Comment peut-on se former en ligne ?

  • Au moyen de sites web éducatifs
  • De téléformation ; souvent en lien avec les universités qui proposent différents modes de travail (utilisation de skype, vidéos en ligne, envoi du matériel de cours à imprimer et à travailler chez soi),
  • E-training
  • Webinars (conférences ou séminaires disponibles en vidéos en ligne)
  • MOOCS (Cours d’universités prestigieuses sur certains thèmes qui ont été filmés et sont accessibles librement
  • Forums et groupes de discussion qui permettent de poser des questions pour que des experts répondent

Les experts dans chaque domaine peuvent être sollicités pour que la formation ne s’arrête pas aux simples savoirs acquis pendant les études. En effet, la technique devance le savoir-faire et une formation continue est très importante pour comprendre son environnement de travail, ses évolutions, ses nouveautés…

Savoir comment fonctionnent les outils mis à notre disposition appuie la nécessité de la formation et de l’accompagnement tout au long de l’exercice professionnel. Elle permet de lever les craintes et d’exploiter le potentiel de ces outils et du métier du dentiste.

Les avantages

Les avantages souvent cités sont :

  • Accès à un large panel (gratuit ou payant), d’approche formative et de stratégies d’apprentissage ; adaptées aux types de personnalités cognitives (type d’apprentissage) ;
  • Accès facile et peu couteux au contenu de formation (on se forme à partir de n’importe où, si on a accès à l’Internet)
  • Flexibilité de la gestion du temps de formation, ce qui permet d’apprendre à son propre rythme et économie de temps
  • Accès informel ou formel à des ressources et formation provenant d’experts, autrefois ou autrement souvent inaccessibles ;
  • Possibilité d’exploiter et développer des interactions de qualité ;
  • Réponse possible au manque de compétences en termes de formation en interne (dans une entreprise);

Source : Wikipédia

 

 

Le Choix du Distributeur

Le Choix du Distributeur

Chaque Praticien doit renouveler son matériel, se procurer de nouvelles machines, adapter ses logiciels aux nouvelles règlementations ou moderniser son cabinet … Et dès lors, il fait appel à un distributeur dentaire.

Les cabinets dentaires s’organisent autours de deux pôles importants. Celui des équipements et de la stérilisations ET celui de la radiographie et de l’informatique. Les experts sont difficilement polyvalents et il sera préférable de s’orienter vers des expert dans chacun de ces deux grands domaines pour satisfaire vos besoins.

Mais comment faire un choix réfléchi de son distributeur?

Lorsque le dentiste doit faire une sélection d’équipement, il doit connaitre ses besoins. Évaluer ses besoins est donc la première étape et elle est cruciale.

  • Quelle image je veux donner?
  • Mon cabinet est-il assez grand pour accueillir une panoramique?
  • Ai-je besoin de réagencer l’intérieur du cabinet?
  • etc…

Il y a des questions qui se posent et auxquels les distributeurs doivent pouvoir répondre. L’analyse de vos besoins et leur capacité d’écoute doivent vous mettre sur la voie. Un distributeur qui saura au mieux répondre à vos attentes est un distributeur qui saura vous poser les bonnes (et très nombreuses) questions.

Vient ensuite la question de l’équipement.

 

citation évolution liberté essayer     Cabinet dentaire

 

 

 

 

 

Quelles sont les variables que je veux intégrer à mon choix?

Le prix doit être un critère mais il ne doit en aucun cas être déterminant. En effet, sur d’importantes machines, ce ne sont pas quelques milliers qui feront une grande différence sur votre facture finale lorsque vous aurez amorti votre outil.

Nous parlons ici de matériel qui nécessite un suivi, un service après vente ou des garanties. Vous devrez donc sélectionner un distributeur qui place son service après-vente ou sa relation client au centre de son activité. L’achat de telles machines est un achat ponctuel certes, mais leur entretien est régulier. Choisissez quelqu’un qui vous offre une chaine de traitement régulière, fidèle et cohérente.

Méfiez-vous, certains distributeurs vous proposent des machines à des prix très attractifs mais vous facturerons leurs prestations de SAV très cher. D’autres bâtissent leurs actions et leur expertise sur la qualité de leur SAV ainsi que la gratuité et la disponibilité de certains de leurs services.

Le suivi est primordial.

Par ailleurs, privilégiez un distributeur qui vous offre une complémentarité complète des produits. Il doit pouvoir vous proposer des consommables, des logiciels, des équipements, et assurer le suivi sur chacun de ces  équipements. Il sera plus simple pour vous d’interagir avec un seul distributeur lors d’une panne qu’avec tous les distributeurs avec lesquels vous avez travaillé. La sélection de vos outils doit donc être cohérente et représenter un tout. C’est cette cohérence d’ensemble qui procure l’efficacité de travail.

C’est d’ailleurs en ce moment que vous pourrez vous rendre compte de la fiabilité de vos distributeurs. Répondent-ils efficacement à vos attentes quant à la mise à niveau des logiciels informatiques face aux contraintes règlementaires? Sont-ils à même de répondre aux obligations règlementaires en vous accompagnant?

Préférez donc un distributeur qui sache associer des prestations tant radiographiques qu’informatiques.