Étiquette : forum

L’ADF, ce que Evolutions Dentaires vous recommande

Evolutions Dentaires a analysé le programme de l’ADF et en a tiré quelques conférences qui peuvent intéresser les curieux du numérique.

Mardi 25 Novembre

A1 CONFÉRENCE (Français – Anglais)  9 h 00 – 11 h 30

LES NOUVELLES TECHNOLOGIES EN MÉDECINE ET CHIRURGIE BUCCALES

Objectif

  • Découvrir des technologies innovantes pour de nouvelles interventions chirurgicales.

L’irruption en chirurgie orale des nouvelles technologies aura l’impact qu’a eu le téléphone portable sur la société avec l’arrivée d’applications insoupçonnées jusqu’à ces dernières années. Il y a des signes qui ne trompent pas. Les technologies du flux numérique ont suscité un intérêt croissant chez les visiteurs et les exposants de l’IDS : 2 à 3 % de la surface « exposants » étaient occupés par ces systèmes en 1995, 9 à 10 % en 2005, pour atteindre 40 % cette année. Imaginez que la caméra numérique et le CBCT deviennent les éléments centraux de votre exercice en odontologie chirurgicale, offrant un éventail d’approches technologiques et d’indications cliniques sans cesse plus large, allant toujours dans le sens naturel de l’évolution de cette discipline : invasivité moindre et prédictibilité accrue. C’est tout l’objet de cette conférence que de présenter certaines de ces technologies sans aucune forme d’exhaustivité.

A19 CONFÉRENCE  15 h 30 – 18 h 00

LES INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES, COMMENT LES CHOISIR ET COMMENT LES INTÉGRER ?

Objectif

  • Intégrer les nouveaux équipements (empreintes optiques, laser, Cone Beam…) dans une activité d’omnipratique.

Les connaissances issues de la recherche sur les nouveaux matériaux, instruments et machines impactent considérablement nos méthodes de travail. La médecine dentaire progresse. De nombreux domaines de notre pratique sont touchés par l’innovation.

  • L’imagerie radiologique : le Cone Beam (CBCT), dernier fleuron de cette ingénierie d’imagerie médicale, s’impose dans toutes les disciplines.
  • L’empreinte optique en prothèse fixée : les caméras intrabuccales d’acquisition numérique remplacent progressivement les pâtes à empreinte traditionnelles.
  • Les lasers : ils permettent de réaliser rapidement de nombreux traitements de manière précise, efficace et peu invasive.
  • La question n’est plus de savoir si on va passer aux technologies « high-tech », mais plutôt à quel moment !

Cette conférence vise à faciliter votre prise de décision et à répondre à un certain nombre de questions, telles que :

  • Pourquoi s’y intéresser ?
  • Comment intégrer ces nouveaux outils dans nos espaces de travail ?
  • Est-ce possible économiquement ?

 

Mercredi 26 novembre

 

B37 ATELIER DE TRAVAUX PRATIQUES 9 h 00 – 16 h 00

CAO ET CFAO (CONCEPTION ET FABRICATION ASSISTÉES PAR ORDINATEUR) : L’AVENIR N’EST PLUS REMIS EN CAUSE

  Objectifs

  • Comprendre les grands principes de CFAO.
  • S’initier à leur utilisation par des exemples concrets.

Depuis près d’un demi-siècle, les avancées technologiques ont permis l’essor de la conception et fabrication assistées par ordinateur (CFAO). En odontologie, la mise en place d’une chaîne numérique dès le fauteuil semble désormais inéluctable.

Les empreintes numériques permettent de s’affranchir des imprécisions des techniques conventionnelles et d’obtenir des résultats fiables et reproductibles. L’utilisation en implantologie apparaît également comme un développement intéressant du système. Pour les systèmes chairside, via les logiciels de FAO, les machines-outils permettent un usinage des éléments prothétiques dans la séance.

L’objectif de ces travaux pratiques est de présenter, dans un premier temps, de manière concise et synthétique, les grands principes de CFAO et de la chaîne numérique dans son ensemble (préparations, biomatériaux usinables, technologies numériques). Ensuite, par atelier, il sera proposé aux participants d’utiliser les techniques de CFAO directe et indirecte par des exemples cliniques concrets réalisés avec différents systèmes parmi les plus récents.

Les praticiens pourront réaliser l’ensemble des étapes de la chaîne numérique : prise d’empreinte optique de dents préparées selon les principes de CFAO (modèles pédagogiques fournis avec dents déjà préparées), visualisation et optimisation du modèle numérique, conception de l’élément prothétique et son usinage.

Jeudi 27 novembre

 

C59 CONFÉRENCE 9 h 00 – 11 h 30

LE NUMÉRIQUE POUR ALIGNEURS, DÉSINCLUSIONS ET CORTICOTOMIES

 Objectif

  • Découvrir l’apport considérable du numérique en orthodontie.

Cette série de trois conférences montre l’apport considérable du numérique pour les traitements orthodontiques par aligneurs, en chirurgie buccale pour les désinclusions et pour la mise en œuvre de l’orthodontie rapide par corticotomies.

Le numérique pour l’orthodontie par Clear Aligner consiste en la réalisation d’empreintes numériques, puis du set up numérique et des techniques de laboratoire par CFAO ou imprimante 3D qui permettent la confection des séries de gouttières. Le numérique pour la chirurgie buccale (Cone Beam et logiciels de reconstruction) donne désormais la possibilité au chirurgien de pratiquer une désinclusion canine ou molaire par une technique peu invasive et avec une grande précision. Le numérique aide ensuite l’orthodontiste à l’établissement de la direction de traction orthodontique. Enfin, l’apport du Cone Beam pour l’orthodontie rapide par corticotomies sera abordé, montrant que ces techniques associées sont un progrèsimmense dans le traitement de l’adulte. Le numérique rendant encore plus précis et moins invasif ce geste chirurgical.

CONFÉRENCE  15 h 30 – 18 h 00

TRUCS ET ASTUCES EN PROTHÈSE FIXÉE : RENDRE SIMPLE UNE SITUATION COMPLIQUÉE

Objectifs

  • Découvrir les critères décisionnels favorisant une simplification de la prothèse fixée sans perdre en qualité.
  • Connaître les étapes clés ou gestes capables d’augmenter la longévité des prothèses fixées (sur dents naturelles et implants).

Une séance « trucs et astuces » doit être dynamique et pratique. Elle sera construite sur des interventions de dix à quinze minutes où le conférencier abordera une problématique que rencontrent les praticiens lors de la réalisation de prothèse fixée sur dents naturelles ou implants.

De l’analyse des paramètres de la difficulté, de la thérapeutique à la mise en place de l’élément prothétique.

Par exemple, nous aborderons :

  • le problème du collage intracanalaire : peut-on le simplifier ?
  • le problème de l’enregistrement du profil d’émergence en prothèse fixée sur dents naturelles ou sur implants ;
  • les critères de choix du type de céramique selon le type de prothèse ;
  • comment enregistrer plusieurs préparations, quelles techniques, comment fiabiliser ses empreintes ?
  • quel mode de jonction choisir pour sceller la prothèse, comment l’utiliser ?
  • les techniques d’accès aux limites intra-sulculaires pour des empreintes conventionnelles et pour des empreintes numériques. Et bien d’autres problèmes rencontrés au quotidien, que les trois conférenciers ont su solutionner dans leur exercice clinique par leur expertise. Chaque intervention répondra de façon très pratique aux préoccupations cliniques des praticiens. Pour cela, à la fin de chaque intervention des questions cliniques en rapport avec un exercice quotidien seront posées.

Samedi 29 novembre

E122 CONFÉRENCE  9 h 00 – 11 h 30

DEUX DUOS D’EXPÉRIENCE PRATICIEN-PROTHÉSISTE POUR UNE COMMUNICATION CIBLÉE ET EFFICIENTE

 Objectifs

  • Comprendre et connaître les contraintes du laboratoire pour rendre efficiente la collecte d’informations.
  • Savoir s’y retrouver parmi les multiples dispositifs commercialisés pour faire les bons investissements.

La relation praticien-prothésiste est depuis toujours au coeur de la pratique dentaire. Cependant, les contraintes économiques l’ont fait évoluer. Le premier bouleversement de cette relation a été l’externalisation du prothésiste hors de la structure de soins. Les faisceaux de communication déployés entre ces deux intervenants maintenant séparés géographiquement de dizaines, voire de centaines de kilomètres, n’ont depuis cessé d’évoluer, de se moderniser et de se complexifier. Depuis longtemps la simple feuille de laboratoire est apparue insuffisante à la transmission des données, et inadapté à la discussion autour des contraintes et des besoins cliniques spécifiques. De lui-même, le couple praticien-prothésiste a établi de nouveaux modes de communication (téléphone, e-mail, photo, vidéo, etc.).  Néanmoins, ils ne sont pas les seuls à s’être adaptés à la nécessité d’efficience de la communication à distance praticien-prothésiste. Les fournisseurs développent de nombreux outils visant à faciliter et à uniformiser ces échanges. Ainsi, de nouveaux dispositifs de prise de teinte dentaire ou d’enregistrement des repères faciaux sont désormais là pour pallier les limites techniques et la subjectivité du praticien-prothésiste dans le recueil et l’exploitation des données. Il reste aujourd’hui difficile, parmi toutes les nouveautés et sirènes numériques existantes, de trouver les faisceaux, les moyens et méthodes de communication praticien-prothésiste idéaux et adaptés à nos challenges prothétiques quotidiennement différents. Pour tenter de s’y retrouver, deux couples de praticien-prothésiste échangeront, lors de cette séance en duettistes, autour de deux problématiques cliniques : « Caractérisation de la dent » et « Axe et harmonie dentaire dans le visage ». L’objectif de ces échanges autour de ces deux thématiques distinctes est d’identifier les points d’écueil qu’elles présentent dans la communication praticien-prothésiste. La compréhension des besoins et contraintes de chacune des parties est indispensable pour instaurer des moyens et méthodes de communication formalisés et optimisés, assurant simplement et efficacement la prise en charge du patient par le couple praticien-prothésiste.

Où se trouvent les stands du numérique ;

ADF

NIVEAU 3 : à ce niveau sont regroupés les exposants spécialisés en radiologie, radiographie numérique ainsi qu’en informatique et implantologie.

Exposition : stands 3L et 3M

  • Radiologie
  • Radiographie numérique
  • Implantologie
  • Informatique
  • CFAO

Téléchargez la brochure ici

Et vous, quelles sont les questions que vous vous posez ?

L’incontournable passage au tout numérique

L’évolution du domaine dentaire, de ses attentes, de ses techniques et de ses outils force l’industrie qui gravite autour de ses acteurs à se transformer.

Par une modernisation de ses équipements tout d’abord, puis par la mise en place d’une chaine numérique.

Cabinet Dentaire CAD CAM numRX

 

Cette modernisation répond à de nouvelles attentes,  

Sont recherchées en cabinet la précision, la commodité, ainsi que la rapidité de la prise en charge du patient.

Ces atouts rendent la prise en charge plus confortable et plus rapide et permettent de prendre davantage de patients.

C’est aussi la qualité de la relation praticien-patient qui participe à la qualité de la prestation. Des clients aujourd’hui plus avertis qui souhaitent participer aux soins et aux décisions thérapeutiques. C’est une évolution consumériste qui veut que les clients soient aujourd’hui des clients responsables.

 

La relation de qualité prend en compte l’environnement dans lequel est reçu le patient, la parole d’expert du praticien doit faire lever les doutes du patient en quête constante de responsabilité.

L’appréhension du patient pour le dentiste et la peur de la douleur doivent être apaisés par l’environnement dans lequel se trouve le client.

Des améliorations des conditions de prise en charge qui confèrent une confiance plus grande pour les patients sont possibles grâce au perfectionnement des techniques.

 

 

Des techniques qui se perfectionnent Caméra empreinte optique numrx CAD CAM

La qualité de prise d’image ne cesse de s’améliorer, les usages professionnels de photographie se démocratisent et s’étendent vers toutes les industries. Le numérique conserve son usage mais se matérialise pour de toutes autres professions.

Dans le domaine dentaire, c’est tout d’abord la radiographie qui est passée de son éternel argentique à son analogue numérique. Aujourd’hui, c’est la prise d’empreinte traditionnelle qui se tourne vers son homologue numérique; la prise d’empreinte optique. Le flux de travail numérique s’étend même jusqu’à l’implantologie.

 

 

Posséder les outils adéquats

Un environnement agréable et rassurant pour les patients est un environnement moderne. Le flux numérique permet une véritable synergie entre le patient, son praticien, son prothésiste et son conseiller numérique. Les solutions sont évolutives et les outils sont en constante amélioration. Alors que certaines caméras optiques obligeaient l’application d’une poudre en bouche, d’autres, facilement manipulables simplifient cette pratique qui n’est plus nécessaire.

La chaine du tout numérique se confirme avec la caméra d’empreinte optique. Le flux numérique passe d’abord par la radiographie extra-orale, intra-orale puis aujourd’hui en remplaçant la pâte traditionnelle de prise d’empreinte. La communication qui se fait par internet est facilitée et tout passe par le même canal.

Numérique numrx CAD CAM caméra empreinte

 relation dentiste prothésiste CAD CAM numrx Numérique dentiste CAD CAM numrx

 

 

 

 

Réagissez à cet article ou contactez-nous pour avoir plus d’informations sur le tout numérique :