le chemin de la technique …

Notre métier n’a pas fini d’évoluer : rétrospective de l’histoire

Le métier du dentiste, dans l’antiquité, était celui d’un savant qui fabriquait ses outils ou les réutilisait pour en fabriquer de plus complexes.

Abulqasis déclare « Un praticien intelligent et exercé dans son art saura inventer de nouveaux instruments en raison de chaque circonstance et de chaque maladie »

Apaiser avant de soigner

La santé de la bouche a toujours été au centre des préoccupations des peuples. Tout d’abord soignée à l’aide de médications, fumigations, fomentations ou applications topiques dans l’espoir d’un apaisement, sera recherché ensuite la possibilité de soigner les dents par d’autres moyens, non pas seulement pour apaiser mais pour soigner totalement la dent malade. C’est alors qu’apparaissent les premiers outils de dentisterie. La connaissance des plantes et de leurs vertus contre la douleur va permettre de pratiquer des manœuvres de thérapeutique mécanique presque indolores.

le chemin de la technique …

À Athènes, Naples ou Pompéi ce sont des sortes de pinces qui ont été retrouvées que l’on attribuerait à une extraction dentaire (c. 320-c 250 av. J.-C.).

C’est ensuite, entre cette période et 1850 qu’évoluent les outils utilisés pour cautériser, limer ou ruginer (détartrer) et enfin pour extraire des dents.

 

Instruments historiques dentiste NUMRX CAD CAM outils  Instruments historiques dentiste NUMRX CAD CAM outils

Gravure, Albucasis, Chirurgia Libri tres, an 1000                    Ryff, Die groß Chirurgei oder volkommene

                                                                                        Wundtartzenei, Egenolf, Frankfurt/Main, 1549

 

L’ouvre bouche aussi évolue :

 

Instruments historiques dentiste NUMRX CAD CAM outils

Instruments historiques dentiste NUMRX CAD CAM outils
 

Les Œuvres de chirurgie, 1602                   Claudius Ash, Catalogue d’instruments dentaires, Londres, 1920

 

Les implants ; la révolution

L’art dentaire traite les problèmes des dents mais pas seulement. Très tôt, l’art de la réimplantation et de la transplantation se dessine. En 65 av JC Catulle, Martial et Horace parlent dans leurs œuvres satyriques des vieilles coquettes et de leurs fausses dents.

A Partir de 1754 à Paris, un commerce s’installe, grâce à la bonne volonté des « petits ramoneurs savoyards », de vente de dents saines qui vont remplacer les dents malades ou laides auprès de gens qui peuvent payer.

Ces 30 dernières années, l’art implantatoire s’est parfait. Aujourd’hui les outils tels que les panoramiques, les scanners, les caméras d’empreintes, les logiciels 3D et de CFAO ainsi que les matériaux nouveaux font que cet art soit arrivé à un excellent niveau de perfectionnement.

l’enjeu des outils d’aujourd’hui, offrir une meilleure cohérence et simplifier la chaine technique, la chaine de traitement pour améliorer le résultat.

 

L’anesthésie

L’anesthésie vient ensuite, permettant de très nombreuses avancées quant à la possibilité de soigner les malades sans douleur. A partir de 1800, on se rend compte que l’inhalation du gaz nitreux fait disparaitre le mal de dents. On utilise aussi l’éther puis plus tard le protoxyde d’azote.

Tant de découvertes révolutionnaires …

On ne peut pas négliger les risques pris par ceux qui ont contribué aux avancées révolutionnaires de ces temps, souvent appelés fous, mais qui étaient surtout avant-gardistes, et qui nous « permettent » aujourd’hui de fournir des soins de qualité.

Avouez aujourd’hui que les certifications qualité auxquelles sont assujettis nos industriels de renom diminuent amplement la prise de risque…

Retour à la réalité : Son évolution aujourd’hui.

La radiographie est la grande révolution suivante en 1895, l’utilisation des rayons X permet la première photographie dentaire. Bien que le temps de pause soit très longs (25 minutes) et que la qualité du cliché ne permettent pas le diagnostic, les perspectives d’évolution sont incommensurables.

C’est ce que nous montre aujourd’hui la qualité du cône beam et des panoramiques 3D, permettant de rendre bien plus confortable et précis le diagnostic.

Cette découverte technologique contribue à réduire les erreurs possibles de diagnostic, pour autant que nous sachions exploiter toutes les possibilités de lecture des systèmes d’imagerie d’aujourd’hui.

Ce ne sont plus les Praticiens qui fabriquent leurs instruments mais les industriels qui permettent que l’on adapte les leurs.

C’est grâce à ces outils que le Praticien a pu faire évoluer ses recherches ainsi que la précision de son analyse.

Et c’est toujours le cas aujourd’hui ; ce sont les nouveaux outils, le savoir-faire de chacun et les avancées technologiques qui permettent de faire évoluer et de préciser son art.

Enfin le numérique continue son entrée au service du monde dentaire… L’utilisation de la caméra d’empreinte (technique optique) est une autre révolution dans la modernisation et la mécanisation du travail traditionnel.

Aujourd’hui la technique devance-t-elle le savoir-faire acquis lors des études ?

La nécessité de la formation et de l’accompagnement tout au long de l’exercice professionnel permet de lever les craintes et d’exploiter le potentiel de ces outils. Retrouvez notre article sur la formation continue ici.

Et vous, quel chemin avez-vous parcouru et souhaitez-vous parcourir ?

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s